Pour que votre voyage de pêche soit miraculeux, avec ou sans poissons…

Pas étonnant que les voyages de pêche, en pourvoirie ou en haute mer, sur un bateau affrété ou, en bottes de caoutchouc, au milieu d'une rivière à saumon, soient une des activités sportives et touristiques parmi les plus populaires. En effet, pêcher fait partie de notre génétique !

En plus, on peut entreprendre un voyage de pêche n’importe quand, presque n’importe où sur la planète et le plaisir sera toujours renouvelé.

 

Presque toutes saisons

Pour ceux qui pêchent ici, le printemps est la période traditionnelle où l’envie de taquiner le poisson nous prend. Comme les vents poussent les eaux plus chaudes vers le rivage, la pêche y est souvent abondante. En plus, les espèces ayant hiverné sont affamées et plus faciles à capturer. Autre avantage majeur : l’absence notable d’insectes.

L’été demeure la saison populaire des pêcheurs locaux, pourvu qu’ils évitent le milieu chaud de la journée. C’est évidemment une saison favorable pour les expéditions sous la tente, en canot portagé ou par hydravion. Les conditions climatiques simplifient les nécessités du confort et le soleil de midi est parfait pour les randonnées en forêt en attendant de remettre la ligne à l’eau.

L’automne demande plus de patience pour le pêcheur qui attendra préférablement la fin de la journée. Par contre, lorsque la pêche est bonne elle peut être miraculeuse, les poissons cherchant avidement la nourriture pour l’hiver qui arrive.

L’hiver, à part pour la pêche sous la glace, n’est pas la saison pour entreprendre un voyage de pêche au Québec. Par contre, c’est la saison parfaite pour affréter un bateau quelque part sous les Tropiques afin d’y explorer la pêche en eau salée, sport intense.

 

Camps, forfaits de pêche et expéditions en pleine nature

Il existe de nombreux camps de pêche au Québec qui sont loués entièrement équipés avec tout le nécessaire de pêche, souvent un guide accompagnateur, et du transport en hydravion.

Par contre, il y a beaucoup de charme à camper sous la tente, en dégustant ses prises de la journée, attrapées à bord d’un canot et cuisinées sur un feu de camp ou un poêle de camping. Ce genre de voyage de pêche devient un moment de ressourcement absolu.

Évidemment, vous devrez penser à apporter tout ce dont vous aurez besoin, de la canne à pêche à la trousse de premiers soins en passant par les appâts, en fonction du type de poisson, et la nourriture préparée, séchée ou autrement, au cas où le poisson vous nargue.

Il faut aussi penser aux moyens de transport selon que la distance se fasse aisément avec votre propre véhicule ou demande un service spécialisé ou l’affrétage d’un bateau. Si vous vous rendez avec votre embarcation, soyez certain que les routes se prêtent à la circulation des remorques. De plus, certains lacs interdisent les bateaux à moteur; vérifiez donc les règles locales avant. N’oubliez pas non plus votre indispensable permis de pêche.

Finalement, comme un voyage de pêche se fait rarement en solitaire, envisagez la compatibilité des gens qui vous accompagneront. Il y a toutes sortes de raisons pour lesquelles on l’entreprend, de l’envie de décrocher à l’amour de la nature en passant par le goût de fêter. Soyez certain que vos compagnons partagent vos motivations et le voyage sera mémorable.