Être étudiant-athlète, un parcours atypique!

Trop souvent, on oublie dans la vie d’un joueur de hockey junior qu’il existe une vie après la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Je ne veux pas paraitre pessimiste, mais il y a seulement un faible pourcentage des athlètes qui évoluent dans le circuit Courteau qui pourra fouler les glaces dans la grande ligue. Pour les autres, il y a tout de même beaucoup d’options et parmi celles-ci, la poursuite des études collégiales et universitaires. La vie d’un joueur junior n’est pas de tout repos, surtout lorsqu’il faut concilier le hockey et les études. Voici donc quelques passages de mon entretien avec Charles-Antoine Roy, l’étudiant-athlète attaquant des Olympiques de Gatineau et étudiant au Cégep de l’Outaouais.

Vous vous en doutez probablement, le jeune gatinois démontre beaucoup de maturité. Alors qu’il était justement dans les livres de physique, Charles-Antoine Roy a pris quelques minutes de son précieux temps pour me parler de son agenda. En plus d’évoluer pour l’une des meilleures ligues juniors au monde, Roy étudie actuellement en sciences de la nature pour qu’un jour, il puisse réaliser un autre rêve, celui de devenir ingénieur électrique. « Beaucoup de gens me demandent comment je fais. C’est simple, j’adore mon champ d’études. C’est certain que c’est beaucoup de temps avec le hockey, mais pour moi, ce n’est pas une corvée », explique Roy. Parce que oui, être étudiant en sciences de la nature demande énormément de temps et de sérieux. Chose qu’il réussit très bien malgré un horaire chargé. « Disons que chaque occasion d’étudier est bonne. Par exemple, nous étions dans les Maritimes récemment (ce qui implique beaucoup d’heures de route en autobus) et pendant que plusieurs de mes coéquipiers s’amusaient à jouer aux cartes, moi j’étais assis à l’avant avec mes livres », raconte Charles-Antoine. « Mais je dois avouer que je prends quand même quelques pauses pour aller jouer quelques parties », ajoute-t-il en riant. «J’ai aussi beaucoup de chance que mes professeurs comprennent ma situation. Quand je manque des cours en raison des matchs, je m’assure d’aller reprendre ce que j’ai manqué avec une autre classe.»

Il ne faut pas se tromper, Charles-Antoine Roy adore le hockey. Tellement qu’il a préféré son sport à l’université récemment. « Après mon secondaire, j’ai été accepté à l’université afin de poursuivre mes études. Mais je voulais vraiment continuer de jouer et j’avais la chance de poursuivre au niveau junior chez moi, à Gatineau, en plus d’aller au Cégep. Le choix n’a pas été trop difficile » explique-t-il! « C’est certain que j’aimerais atteindre le plus haut niveau possible au hockey, mais je demeure réaliste et c’est pourquoi j’accorde beaucoup d’importance à l’école ». D’ailleurs, en ayant maintenu une moyenne générale de 85 % à sa première session, Charles-Antoine Roy est le candidat des Olympiques de Gatineau au trophée Marcel-Robert qui sera remis au meilleur athlète étudiant au Gala des rondelles d’or de la LHJMQ le 4 avril prochain. Charles-Antoine Roy est la preuve vivante qu’il est possible de performer tant sur la glace que dans les salles de classe.

N’arrêtez pas votre lecture!

Voici d’autres articles qui pourraient vous plaire:

Nouvelles

Un but signé Tristan Bérubé

C’est certainement la principale source de motivation pour chaque joueur. Alors que pour certains, mettre la rondelle dans le filet est monnaie courante, pour d’autres,…

shares
comments

Ça vous inspire?

Voici ce qui se trouve près de vous sur Kijiji en ce moment.

Vous en voulez plus?

Découvrez toute la sélection d’annonces sur Kijiji.

Voir les annonces