Rentrée LHJMQ!

Les activités ont repris depuis déjà quelques semaines dans la Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec. Les joueurs et entraîneurs sont tous de retour au boulot en prévision de la saison 2017-2018. Pour plusieurs, c’est une nouvelle année qui débute dans le circuit Courteau, alors que pour d’autres, c’est la concrétisation d’un rêve qui commence.

Depuis que je suis dans l’univers de la LHJMQ, chaque année c’est pareil pour les nouvelles recrues. Ils arrivent par dizaine dans les différentes villes du Québec, sélectionnés ou invités, afin de démontrer leur savoir faire avec comme seul objectif : se dénicher une place dans l’alignement. Des joueurs entre 15 et 16 ans qui quitte le nid familial (pour plusieurs), et qui doivent maintenant entrer en compétition avec de jeunes adultes et être en mesure de suivre le rythme à une vitesse d’adaptation phénoménale. Pour ces jeunes hommes, il y a plusieurs facettes à l’adaptation dont celui de l’environnement. La plupart des recrues quitte la maison et se retrouve  à des centaines de kilomètres de leur région. Il s’agit d’un très grand défi en soit qui n’implique pas le hockey, mais qui joue un rôle important dans le cheminement de ces jeunes athlètes.

Ensuite vient le temps d’enfiler les patins et de démontrer qu’ils ont leur place dans l’un des meilleurs circuits junior au monde. C’est d’ailleurs le cas pour un jeune homme de l’Outaouais. Xavier Simoneau, choix de première ronde des Voltigeurs de Drummondville lors du dernier repêchage de la LHJMQ, tente de démontrer qu’il peut jouer à ce niveau cette année. «Honnêtement, je n’avais pas d’attente avant d’arriver ici, je voulais juste prouver que j’étais à ma place. Je savais que j’avais ce qu’il fallait pour être ici. J’ai confiance en mes moyens.» me raconte-t-il au téléphone. Les camps d’entraînement sont généralement très rapides et condensés ce qui fait en sorte qu’il y a peu de place à l’erreur, il faut donc être en mesure d’atteindre un niveau de compétition élevé rapidement. «Ce qui m’a le plus frappé c’est la vitesse de jeu comparativement au Midget AAA. Les gars sont plus gros, plus rapides et tu ne peux plus garder la rondelle comme avant » explique Simoneau. « C’est très différent!» renchérit-il.

C’est donc dire que les meilleurs d’entre eux sont en mesure de forcer la main de leur dirigeant et ainsi percer l’alignement. Cependant, les camps d’entrainements génèrent aussi de grandes déceptions pour certains joueurs. Après s’être entraînés tout l’été et avoir donné le meilleur de soi pendant plusieurs semaines, quelques jeunes hockeyeurs doivent passer par le couperet. C’est d’ailleurs une situation qu’a vécu un joueur (qui désire garder l’anonymat), il y a quelques semaines. «C’était probablement une des pires journées de ma vie. Je n’ai jamais vécu une déception aussi grande. Mais je n’abandonnerai certainement pas mon rêve, ils vont me revoir!» explique-t-il avec beaucoup d’émotions. Une déclaration d’un jeune homme qui m’a marqué par son intensité et sa déception, mais aussi par sa détermination. Parce que bien entendu, il y aura un camp d’entrainement avec d’autres recrues l’an prochain qui auront le même désire et le même rêve ; celui de jouer dans la Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec.

Article précédent L’état des forces 2017-2018 Suivant Retour sur le repêchage de la LHJMQ 2017
LHJMQ 76 dans la série